Un drame humanitaire: l'assèchement des liquidités

mardi, janvier 05, 2010

Namibian desert - another World, originally uploaded by natureluv.


La double question qui constitue le thème central de mon blog est le prolongement de l'article que j'ai publié sur le net le 21 octobre 2008 sur ma vision de la grave crise financière mondiale qui a brusquement secoué la Planète entière l'année dernière sous le titre "Crise 2008: le raz de marée planétaire". J'y ai évoqué dans ses grandes lignes le cas particulier de mon pays, le Cameroun.

Les gouvernements des pays que j'appelle les locomotives de l'économie mondiale, appuyés par les Institutions financières internationales et multilatérales, ont véritablement pris le taureau par les cornes pour juguler au plus vite cette hémorragie financière et ses effets dévastateurs. Il fallait en outre éviter que les pays pris individuellement et l'économie mondiale plongent dans la récession. Y sont-ils totalement parvenus à ce jour? Tout le monde peut répondre à cette question.

Les pays dits du G20 pour cette circonstance qui se sont donnés la responsabilité de concevoir des solutions appropriées pour toute la Planète, doivent déjà commencer à annoncer les couleurs du nouvel ordre économique mondial et c'est important.

Le G20 nous a rappellé les accords de Bretton Woods. Le nouvel ordre économique mondial va-t-il nous rappeller la Conférence de Yalta?

Si nous apprécions la poursuite par les grands pays du G20 de la concertation permanente, il me semble essentiel à cette étape de privilégier la transparence dans les faits et les données statistiques qu'ils livrent au monde, s'agissant de problèmes qui touchent à la vie des citoyens. Il faut dire la vérité de ce qui se passe réellement aujourd'hui parceque chaque citoyen du monde doit savoir à quoi s'en tenir. Les hommes passent et trépassent, mais les États sont toujours là.

Si les Dirigeants du monde, publics et privés, choisissent tactiquement de ne plus livrer la vraie information et de maquiller les agrégats macro-économiques, et les bilans des places boursières, des banques, des entreprises industrielles et commerciales, etc..., la bonne gestion de tous les impacts négatifs de cette crise s'en trouvera pénalisée et les résultats attendus reportés dans le temps ou tout simplement biaisés. Ceux liés à l'épineux problème de l'emploi et du pouvoir d'achat s'en trouveront aggravés et c'est l'aspect le plus rude de cette crise mondiale. Ça veut aussi dire l'affichage des taux de croissance qui justifieraient une quelconque reprise ici et là pour des questions d'échéances électorales, pour neutraliser les grèves, les colères sociales et d'éventuels risques socio-politiques ou politiques tout court.

Clarté dans les discours de ceux qui ont choisi de réfléchir pour tous, transparence dans les données financières, vérité statistique sont à mon avis indispensables pour renforcer l'entraide internationale et les mécanismes de partenariat bilatéral et multilatéral. Dans le cas contraire, les pays locomotives de l'économie mondiale connaitront à terme de sérieux problèmes de confiance, faute d'être des modèles.

La transparence qui a prévalu fin 2008/début 2009 doit se poursuivre, tant il est vrai qu'aucun pays n'est épargné. La fiabilité des données statistiques livrées par les États doit et je le pense fermement, être désormais une préoccupation majeure du Fonds Monétaire International dans ses actions et ses missions renforcées. La donnée statistique rappellera toujours à tous qu'elle doit être très bien gérée comme élément-clé de toutes les stratégies de développement et de relance économique, y compris pour l'entreprise.

Les pertes massives de richesses réelles non totalement révélées, les choses induites par cette crise 2008 qui continuent de surgir mais non dites; la rareté de l'épargne mondiale; les pertes d'actifs majeurs; les dilutions d'expertises à cause des fermetures d'usines, de banques, de surfaces commerciales et autres; le lourd endettement des pays riches comme les Etats-unis, bref l'assèchement des liquidités, sont autant de catastrophes cumulées qui ne rendent pas la relance de l'économie mondiale aisée. Il faut reconnaitre qu'une partie non négligeable des liquidités mondiales provenait du faux argent issu de la spéculation boursière et de tous genres de spéculations non directement liées à la valeur de la production nationale des Etats et à l'effort des citoyens. Les Camerounais auraient appellé cette forme d'enrichissement artificiel la "feymania".

Le monde aura vécu jusqu'en octobre 2008 dans l'illusion de richesse et d'abondance sans faire trop attention aux pauvres.

L'assèchement des liquidités ou de l'argent pour le dire simplement dans le language populaire risque d'être le prochain drame de l'Humanité. Ce phénomène est ressenti au Cameroun depuis 2006. C'est vrai d'importantes mesures ont été prises et mises en oeuvre par le G20 au cours de ses deux réunions de Londres et de Pittsburg. A l'analyse, ce sont surtout des mesures conservatoires, certes majeures, mais à caractère essentiellement financiers et monétaires qu'exigeaient les circonstances du moment. Elles n'ont pas encore permis de voir se profiler le nouveau visage de l'économie de marché qui est depuis quelques années la règle pour tous.

Parmi les blocs de pays les plus puissants du monde aujourd'hui, qui des Etas-Unis, du Japon, de l'Europe, de la Chine, de la Russie, et pourquoi pas des deux pays dits émergents Brésil et Afrique du Sud sera le déclencheur de la nouvelle architecture de l'économie mondiale, au mieux à partir de 2010?

Mon pays le Cameroun est également interpellé par l'histoire et sa population pour juguler sa part de crise économique, financière et sociale en plus de ce qu'il est, comme tout le continent africain, confronté aux problèmes récurrents du sous-développement.


  • Que faire pour développer l'Afrique?
  • Que faire pour supprimer le préfixe "sous" du mot sous-développement?

 

Partagez

Développement &...


Recherche dans le blog

Chargement...

Dépêches Par Jeune Afrique

Accueil | Licence de droits d'auteur | Copyright © 2010-2014 Esther Dang (Officiel) Design by Dzignine. Configured and Redesigned by Stella D.